9 Aliments anti-âge que vous devez commencer à manger

Source : Sante +
Par Suzanne Meteyer, 12 janvier 2015

Certains aliments peuvent contrebalancer le processus de vieillissement. Voici les 9 plus efficaces qui vous permettront à la fois d’être en meilleure santé et d’avoir l’air plus jeune.

9-sources

Les myrtilles
Ce fruit délicieux est riche en fibres, vitamines et antioxydants qui protègent la peau et le cerveau. Les antioxydants, en particulier, nettoient votre corps des radicaux libres associés aux maladies et au vieillissement. Donc, mangez autant de myrtilles que possible.

Le poisson
Les personnes âgées voient le fonctionnement de leur cerveau diminuer. Or, les acides gras oméga-3 semblables à ceux qu’on trouve dans le poisson protègent le cerveau, mais aussi la peau, les yeux, le cœur et les articulations.

Les pistaches
Ces petits fruits sont plus utiles que toutes les autres arachides car ils grandissent dans des coquilles et contiennent de nombreux nutriments importants à la fois pour la peau et le cerveau.

La poudre de protéine
Au fur et à mesure que nous vieillissons, notre masse musculaire diminue de 1% chaque année. On entre alors dans un cercle vicieux : cette perte musculaire signifie un métabolisme ralenti, ainsi qu’une perte de coordination et d’équilibre. Heureusement, ce produit dérivé du lait qu’est la poudre de protéine peut faire des miracles.

Le café
Le café a une mauvaise réputation, mais il est loin d’être aussi nuisible que vous le pensez. En fait, il a des effets secondaires si vous y ajoutez du sucre ou du lait. Cetaines recherches ont même démontré que les personnes qui boivent souvent du café courent moins de risques d’avoir une crise cardiaque. Le café réduit les risques de souffrir de la maladie de Parkinson et du diabète de type 2.

Les flocons d’avoine
La plupart des gens ne mange jamais de flocons d’avoine. Pourtant, nous le devrions, car ils aident l’organisme à absorber plus facilement de nombreux nutriments. Ils peuvent également vous aider à maintenir le même poids en vieillissant.

Les épinards
Cette plante est un véritable concentré de nutriments. Surtout, elle est riche en lutéine, un antioxydant qui a prouvé son efficacité dans la lutte contre le vieillissement.

Le thé vert
Des chercheurs chinois ont découvert que les personnes qui boivent trois tasses de thé vert par jour constatent un ralentissement de leur processus de vieillissement. En effet, cette boisson améliore la structure ADN et agit sur le vieillissement des cellules.

 

http://www.santeplusmag.com/9-aliments-anti-age-que-vous-devez-commencer-a-manger

Pour ou contre le café ?

Cup of coffeesource : Passeport santé

1. Le café est antioxydant
Les grains de café sont riches en antioxydants, et plus particulièrement en acide chlorogénique et en mélanoïdines. Des chercheurs ont prouvé qu’une tasse de café contenait plus d’antioxydants qu’une même quantité de jus de raisin, de bleuet, de framboise ou d’orange. De plus, une étude suédoise a démontré que le café contiendrait plus de composés phénoliques que le thé et le cacao, deux sources élevées et bien connues de composés phénoliques. Le lait et/ou la crème ajoutés nuisent à l’absorption des antioxydants ? Une étude récente parue dans The Journal of Nutrition1 a montré qu’ajouter du lait ou de la crème dans le café ne nuisait pas à l’absorption des antioxydants, mais qu’il était par contre préférable de ne pas ajouter de sucre au café car il retarderait l’absorption de ses antioxydants.

2. Prévention du Parkinson
Les études sont de plus en plus nombreuses à révéler que la consommation régulière de café pourrait potentiellement réduire le risque de maladie de Parkinson.

3. Réduction des dommages au foie
Le café protégerait contre la cirrhose alcoolique, de même que le fait de boire trois tasses de café et plus par jour, réduirait potentiellement la progression de l’hépatite C chronique.

4. Pierres à la vésicule biliaire et aux reins
Par rapport aux non-buveurs de café, les grands buveurs (4 tasses et plus par jour) auraient 25% de risques en moins d’avoir des pierres, également appelés calculs à la vésicule biliaire et aux reins. La consommation d’au moins une tasse de café par jour diminuerait de 10% les risques d’en contracter.

5. Réduction du risque de goutte
Les grands consommateurs de café (4 tasses et plus par jour) auraient 40% moins de risques de développer une goutte que les petits et moyens consommateurs (1 à 3 tasses de café par jour), qui eux verraient leurs risques tourner autour de 8%.

6. Performance au travail
La caféine est un stimulant. Plusieurs études ont souligné les effets bénéfiques de la caféine sur la vigilance et l’attention.

7. Maladie d’Alzheimer
Plusieurs études comparant les buveurs modérés de café (2 tasses par jour) aux consommateurs légers (1 tasse par jour) ont trouvé que ceux qui boivent le plus de café au milieu de leur vie avaient significativement moins de risques de développer l’Alzheimer plus tard dans leur vie.

Sources :
1. Bente L Halvorsen, Monica H Carlsen, Katherine M Phillips, Siv K B?hn, Kari Holte, David R Jacobs, Jr and Rune Blomhoff. Content of redox-active compounds (ie, antioxidants) in products consumed in the United States.American Journal of Clinical Nutrition, Vol. 84, No 1, 95-135, July 2006
2. Saaksjarvi K, Knekt P, Rissanen H, Laaksonen MA, Reunanen A, Mannisto S. Prospective study of coffee consumption and risk of Parkinson’s disease. Eur J Clin Nutr. 2007 May 16.
3. Hu G, Bidel S, Jousilahti P, Antikainen R, Tuomilehto J. Coffee and tea consumption and the risk of Parkinson’s disease. Mov Disord. 2007 Aug 21.
4. Hernan MA, Takkouche B, Caaman~o-Isorna F, Gestal-Otero JJ. A meta-analysis of coffee drinking, cigarette smoking, and the risk of Parkinson’s disease. Ann Neurol. 2002 Sep;52(3):276-84.
5. Klatsky AL, Morton C, Udaltsova N, Friedman GD. Coffee, cirrhosis and transaminase enzymes. Arch Intern Med. 2006 Jun 12;166(11):1190-5.
6. Barranco Quintana JL, Allam MF, Serrano Del Castillo A, Ferna’ndez-Crehuet Navajas R. Alzheimer’s disease and coffee: a quantitative review. Neurol Res. 2007 Jan;29(1):91-5.

http://www.passeportsante.net/fr/Actualites/Dossiers/DossierComplexe.aspx?doc=pour-ou-contre-le-cafe&utm_source=intern&utm_campaign=20120430&utm_medium=newsletter

Le café turc, un élixir de jouvence?

images_5__ws1013610139source : La presse, publié le 21 mars 2013 à 12h00 La presse.ca

Les anciens de l’île grecque ‘Ikaria affichent une longévité parmi les plus impressionnantes au monde et des scientifiques auraient percé leur secret. En plus du célèbre régimeméditerranéen, leur consommation de café pourrait bien en être la clé.

Une étude, publiée dans la revue Vascular Medicine, menée par des chercheurs de l’école de médecine de l’université d’Athènes, a montré que la bonne santé cardiovasculaire des seniors de l’île pouvait être liée à leur consommation quotidienne d’une tasse de café à la turque ou à la grecque.

Seulement 0,1 % des Européens vivent au-delà de 90 ans, mais les chercheurs ont noté que les habitants d’Ikaria étaient 1 %,notant au passage qu’ils tendaient à vieillir en meilleure santé que la moyenne. Sur un échantillon de 673 Ikariens âgés de plus de 65 ans qui vivaient à l’année sur l’île, les chercheurs ont choisi au hasard 71 hommes et 71 femmes pour participer à l’étude. Le personnel médical a noté l’hypertension artérielle, le diabète et d’autres maladies, alors que les participants devaient répondre à des questionnaires sur leur santé, leurs habitudes quotidiennes et leur consommation de café.

De plus, les chercheurs ont testé leur fonctionnement endothélial (l’endothélium est une couche interne des vaisseaux sanguins pouvant être affectée par le vieillissement ou le fait de fumer).

Les chercheurs soulignent que le rôle de la consommation de café par rapport aux maladies cardiovasculaires reste un point de controverse, mais notent que des études précédentes ont suggéré qu’une consommation modérée de café pouvait non seulement réduire les risques coronaires, mais aussi avoir un impact positif sur plusieurs aspects de la santé endothéliale.

Des chercheurs ont analysé tous les types de cafés consommés par les participants à l’étude, mais il en ressort que 87 % d’entre eux buvaient du café grec (ou turc) en décoction, chaque jour. Les sujets qui buvaient principalement du café non filtré enregistraient un meilleur fonctionnement endothélial que ceux qui consommaient d’autres types de café. Même chez les personnes souffrant d’hypertension, le café turc tendait à améliorer les fonctions vasculaires.

«Le café grec bouilli, qui est riche en polyphénols et antioxydants et contient une dose modérée de caféine semble réunir des bienfaits en comparaison avec d’autres boissons au café», note le chercheur responsable de l’étude, Gerasimos Siasos.

http://www.lapresse.ca/vivre/sante/201303/21/01-4633295-le-cafe-turc-un-elixir-de-jouvence.php

Le café peut-il protéger du diabète?

cafa_221_ws1013611026source : styledevie.com

Des chercheurs américains ont annoncé avoir découvert que le fait de boire quatre tasses de café par jour pouvait réduire de moitié le risque de
développer du diabète de type 2, le 12 janvier, ce qui vient contredire de précédentes études.

Le communiqué des chercheurs de l’Université de Californie de Los Angeles (UCLA) explique qu’ils ont peut-être découvert un mécanisme moléculaire derrière les effets protecteurs du café: une protéine appelée SHBG (sex hormone-binding globulin), souvent liée à l’apparition de diabète de type 2, celui que les personnes en surpoids peuvent développer.

Une étude datée de 2009 dans le New England Journal of Medicine montrait déjà que de plus forts taux de SHBG dans le sang pouvaient diminuer les risques de développer du diabète de type 2 .

Dans cette nouvelle étude, publiée dans l’édition de janvier du magazine Diabetes , les femmes ayant bu au moins quatre tasses de café par jour étaient deux fois moins susceptibles de souffrir de diabète que celles n’ayant pas bu de café.

Mais les amateurs de décaféiné seront déçus. « La consommation de café décaféiné n’a pas été associée de manière significative aux taux de SHBG », selon l’auteur de l’étude Atsushi Goto d’UCLA, qui conseille donc de préférer son breuvage avec caféine.

Mais cette étude en contredit une autre datant de 2006 publiée dans Archives of Internal Medicine qui était arrivée à la conclusion que les femmes qui buvaient si tasses de déca par jour baissaient leur risque de développer du diabète de 22%, en comparaison avec celles ne buvant pas une goutte de café.

A l’époque, les chercheurs expliquaient que la caféine semblait avoir un rôle protecteur, mais pas aussi important que le café décaféiné. Par ailleurs,
le lien de cause à effet entre le diabète et le diabète de type 2 n’est pas 100% clair: des études précédentes ont démontré que le café peut être nocif aux personnes atteintes de diabète de type 2, parce qu’il entrave l’assimilation du glucose.

Pour lire l’étude (en anglais): http://diabetes.diabetesjournals.org/content/60/1/269.full?sid=d788bb12-8b9b-40b2-8627-495fa2a223d2
(en français): http://styledevie.ca.msn.com/sante-mieux-etre/nouvelles/afp-article.aspx?cp-documentid=27282621

© 2011 Relaxnews

Un bon café

Grains-Cafe_02_ws1013609687source: Josée Fournier – chateleine.com

« Je ne peux plus acheter d’autres grains que ceux de Café Castelo! »

J’ai toujours aimé l’odeur du café. Depuis que je suis toute petite, l’arôme des grains de café fraîchement moulus figure au premier rang de ma liste d’odeurs favorites. Bien que le café suscite en moi des souvenirs d’enfance réconfortants, je n’ai commencé à boire du café régulièrement qu’à l’âge de 25 ans.

Pendant mes études universitaires je ne buvais du café qu’en période d’examen et à l’occasion j’allais prendre un café au lait avec mes amis au Café Bohémien situé au marché By à Ottawa.Quand je suis déménagée à Montréal, mon amoureux de l’époque m’a initiée aux joies du café au lait servi au lit tous les matins. Mario, un italien d’origine m’avait aussi donné en cadeau une petite cafetière italienne (ou moka) pour que je puisse boire du bon café tous les matins. L’automne venu, Mario est parti étudier à Cambridge en Angleterre et notre amour n’a pas survécu la distance qui nous séparait. Me restait au moins, mon amour pour le bon café, qui au fil des ans est devenu presque une obsession.

Boire un bon café est devenu tellement important pour moi que même en vacances, je me dois de trouver le meilleur endroit pour boire un café. J’ai eu la chance de séjourner dans deux des villes les plus réputées au monde pour leur café, soit Seattle et Melbourne et pour avoir bu plusieurs cafés là-bas, je peux vous confirmer que leur réputation n’est pas surfaite.J’ai essayé toutes sortes de moutures, de torréfacteurs et de méthodes de préparation du café. Mon objectif, boire le meilleur café qui soit pour moi.

Après plus de 15 ans de dégustations et de recherches, j’ai enfin trouvé le grain de café qui satisfait mon palais. Ce n’est peut-être pas le meilleur café pour vous, chaque palais est différent, mais pour moi, ces grains de café sont si bien torréfiés, si parfaits à mon goût que maintenant je ne peux plus acheter d’autres grains que ceux de Café Castelo.

J’ai découvert le café Castelo au hasard d’une promenade matinale à Québec. Je suis entrée avec mon amoureux dans un petit café de la rue Cartier et nos narines ont été complètement charmées par l’odeur qui y régnait. Au fil de notre conversation avec la barrista, nous avons appris que ce café était non seulement distribué à Québec mais aussi à Montréal et sur la Rive-sud de Montréal. J’ai essayé différents grains de café Castelo. Ils sont tous très bons et mes favoris sont : Calamaro, Bio Guatemala et Miel noir et le Café de Noël (seulement disponible pendant la période des fêtes).

Médecine – Trois cafés par jour éloignent le thanatologue

IMG_9974_ws1033121510

Par Radio-Canada, www.radio-canada.ca, Mis à jour le: 17 mai 2012

Les personnes de 50 à 71 ans qui boivent au moins trois tasses de café quotidiennement voient leur risque de décès diminuer de 10 % par rapport à ceux qui n’en consomment pas, montre une étude américaine de l’Institut national américain du cancer.

Les personnes de 50 à 71 ans qui boivent au moins trois tasses de café quotidiennement voient leur risque de décès diminuer de 10 % par rapport à ceux qui n’en consomment pas, montre une étude américaine de l’Institut national américain du cancer.

Pas moins de 400 000 personnes de ce groupe d’âge ont répondu à un questionnaire entre 1995 et 1996. Ils ont par la suite été suivis jusqu’au 31 décembre 2008.

Chez les amateurs de café, normal ou décaféiné, on note une diminution des risques de mourir des maladies suivantes :

*maladies
*cardiovasculaires
*maladies respiratoires
*attaques cérébrales accidents
*diabète

Toutefois, le Dr Neal Freedman et ses collègues ont noté un très léger accroissement du risque de cancer chez les gros consommateurs de café de sexe masculin. Cette réalité n’a pas été observée chez les femmes.

Les auteurs de cette étude ont également pris en compte d’autres facteurs de mortalité, comme le tabagisme ou une consommation excessive
d’alcool.

Ils affirment cependant qu’ils ne peuvent pas être certains, d’un point de vue scientifique, que la consommation de café prolonge la vie.

Le café est la boisson la plus consommée en Amérique, mais le lien entre sa consommation et le risque de décès n’est pas clair.

Les chercheurs précisent également ne pas avoir eu de détails sur la manière dont le café était préparé (expresso, filtre, etc.), et sur ses
ingrédients qui peuvent potentiellement avoir des effets sur la santé.

Les résultats ont paru dans la revue médicale New England Journal of Medicine .

Le saviez-vous?

La consommation de café a déjà été associée à la prévention de plusieurs cancers, notamment ceux de la prostate, du foie et du cerveau. Certains travaux montrent aussi que le café peut aider à combattre les problèmes cardiaques ainsi que la dépression et protéger contre les pertes de mémoire liées au vieillissement.

Radio-Canada.ca avec AFP